Sauter le menu général

Conquérir la vie

Conquérir la vie
« La bonne nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ, c’est que les désirs de notre cœur puissent être transformés et que nos motivations puissent être éclairées et raffinées. » (« Vraiment bons et dénués de tromperie » par Michael T. Ringwood https://www.lds.org/general-conference/2015/04/truly-good-and-without-guile?lang=fra ) L’apôtre Paul a souligné cette bénédiction promise lorsqu’il a conseillé : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12 :2)
Photo

Dans des paroles plus modernes, Paul dit : Ne vivez pas à la manière du monde. Ne recherchez pas vos exemples et vos modèles dans les médias alimentés par les célébrités de notre culture. Au lieu de cela, changez d’idée sur ce que vous êtes censé être. Vous êtes enfant de Dieu. Alignez votre vie avec les enseignements et les doctrines de Jésus-Christ. Efforcez-vous de vous sanctifié personnellement. Exercez de la discipline personnelle. À travers le vrai repentir, soyez bénis par la puissance de l’Expiation du Christ, permettant aux cœurs et aux esprits d’être nettoyés, afin de pouvoir ainsi redémarrés. Et ce faisant, vous prouverez à quiconque vous observe – et peut-être vous utilise comme modèle – que le chemin de Dieu est le meilleur moyen.

Au méridien des temps, le Christ a vécu. Et aujourd’hui, il vit toujours.

Dans le cantique familier Je sais qu’il vit, mon Rédempteur (Cantique # 73), nous chantons ces merveilleux mots dans le premier verset :

Je sais qu’il vit, mon Rédempteur!

Que ces mots réchauffent le cœur!

Il vit, Lui qui donna sa vie,

Il vit, d’une vie infinie

Et dans le troisième verset, nous trouvons ces mots :

Il vit, la mort ne peut me nuire

Cette grande promesse de conquérir la mort nous apporte le réconfort et la confiance à la fois pour nos êtres chers et pour nous-mêmes de ce qui viendra après cette vie.

Mais, aucun d’entre nous n’y est encore. Ainsi, le défi toujours présent auquel nous sommes confrontés chaque jour est celui de la conquête de la vie. Nous vivons sur une terre déchue. Nous sommes ici pour être mis à l’épreuve. (Abraham 3: 24-25) Nous sommes tous invités à venir au Christ, et ensuite à demeurer avec Lui, à travers toutes nos épreuves.

David O. McKay, Président de l’Église de 1951-1970, a enseigné: « Il y a quelques chose d’inné chez l’homme qui l’amène à se dépasser, à contrôler son environnement, à maîtriser le corps et toutes les choses physiques, afin de rendre ce monde meilleur et plus beau. »

Ces paroles sages de Président Mc.Kay suggèrent que chacun d’entre nous a un meilleur « moi ». Mais, pourquoi une personne voudrait-t-elle avoir un meilleur « moi »?

Meilleur nous devenons, plus de joie nous recevons et plus de joie nous partageons. Nous agissons mieux. Nous résolvons mieux les problèmes. Nous écoutons et nous comprenons mieux. Nous aidons mieux. Nous vivons mieux. Nous sauvons mieux des vies. Nous conquérons mieux la vie.

Jésus a enseigné, « … Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. …. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous. » (Luc 17 :20-21) Dans chacun de nous il y a le pouvoir de choisir : Choisir le chemin des disciples. De céder notre volonté, nos habitudes, nos pensées et même notre caractère au Christ. Nous sommes dotés avec le pouvoir de changer nos idées; de tourner de 90 degrés dans une nouvelle et meilleure direction ou seulement de quelques degrés pour une mise au point. Nous avons le pouvoir de rejeter nos vielles pensées qui ralentissent ou retardent notre progression. Nous pouvons intégrer dans notre cœur une foi et une confiance plus profonde dans le Seigneur, que lorsque nous nous laissons aller à notre vieux moi, Il nous formera plus complètement à travers un processus et une période de raffinement émotionnel, intellectuel et / ou spirituel.

On commence à conquérir la vie lorsqu’on arrête de se donner les mêmes vieilles excuses et que nous venons au Christ avec une perspective renouvelée et plus mature. Terry Warner professeur à l’Université de Brigham Young le dit de cette façon :

Le Seigneur semble nous dire : « Venez à moi, et je vous donnerai une telle assurance, une telle espérance et une telle force que vous ne pourrez être pris en otage par quiconque veut vous faire du mal, je vous libèrerai par l’amour. Et ensuite personne n’aura raison de vous en vouloir ou de vous craindre. À la place, ils répondront à l’amour que je vous ai accordé. En demeurant avec moi, vous ferez beaucoup de bien, et porterez beaucoup de fruits. »

Comment alors arriverons-nous à suivre le Christ, afin que tout soit différent de ce que cela pourrait être autrement?

En faisant le sacrifice de ne pas être offensé. En arrêtant de critiquer, d’être impatient, et de mépriser, car on accuse les sœurs et les frères pour qui le Christ a donné sa vie. En se détournant de la vulgarité et de la pornographie, qui diminuent à la fois l’utilisateur et celui qui le produit. En mettant de côté, en bref, toute pratique qui projette l’image du meurtre, de l’oblitération des âmes, de la discorde et de la mort. En donnant à ces pratiques leur véritable nom, la violence, et en les ayants mêmes en horreur dès leur première apparition. En renonçant à la guerre sous toutes ses formes et en proclamant la paix (Doctrine et Alliances 98 :16). (Professeur C. Terry Warner, discours donné à BYU, en janvier 1996)

Nous prions souvent pour ce que l’on veut, mais Dieu nous répond avec ce que l’on a de besoin – pour notre progression et notre développement. L’un des survivants de l’Holocauste de la Seconde Guerre mondiale et psychothérapeute Vikto E. Frankl le dit ainsi : « Entre le stimulus et la réponse il y a un espace. Dans cet espace, il nous est donné le pouvoir de choisir notre réponse. Dans notre réponse réside notre croissance et notre liberté. » Cette merveilleuse pensée renforce la première phrase de cet essai d’Elder Michael T. Ringwood, « La bonne nouvelle de l’Évangile de Jésus-Christ, c’est que les désirs de notre cœur puissent être transformés et que nos motivations puissent être éclairées et raffinées. » (« Vraiment bons et dénués de tromperie » par Michael T. Ringwood, Conférence Générale, avril 2015) Nous pouvons en effet conquérir la vie!

Alors que nous mobilisons notre foi personnelle intérieure ainsi que notre détermination et notre volonté pour conquérir la vie, puissions-nous aussi intentionnellement et extérieurement soutenir et entourer nos proches avec une empathie protectrice, de l’encouragement et de la charité. Dans la bataille pour conquérir la vie, l’union fait la force. Malgré que parfois, nous soyons peu nombreux, il n’en faut qu’un pour sauver la vie d’un autre.