Sauter le menu général

150e  du Canada: « Ô Dieu, nous aimons ta maison »

Canada 150 We Love Thy House O God

Note de l’éditeur : En commémoration du 150e anniversaire du Canada, un projet a été entrepris par Roy et Carma Prete, missionnaires de l’Église, afin de  compiler un livre décrivant l’histoire de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Canada.  Plusieurs auteurs ont écrit des chapitres décrivant des aspects distincts ou des périodes de cette histoire.

Ce livre intitulé, « Canadian Mormons, An Illustrated History of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in Canada » (Les Mormons canadiens, une histoire illustrée de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours au Canada), a été achevé et nous attendons sa publication avec impatience.

Avec la permission des Prete, un certain nombre d’auteurs furent contactés et invités à fournir des articles basés sur, ou liés à leurs chapitres dans ce livre.  Ce qui suit est l’un de ces articles.
 

L’équipe de canada.lds.org, souhaite exprimer son appréciation à frère et sœur Prete pour leur aimable collaboration dans la réalisation d’un tel projet, nous tenons aussi à remercier les auteurs qui ont bien voulu y participer.

 

Les nouveaux membres de l’Église à travers le monde rêvent de pouvoir célébrer un jour la construction et la dédicace de leur propre chapelle. Aujourd’hui, pour la plupart des Canadiens, les journées nostalgiques de célébration de nouveaux édifices acquis d’un dur labeur ne sont qu’un souvenir.  Mais pour les premiers membres au Canada, l’attente était longue, les obstacles à la construction étaient nombreux et, lorsque l’édifice dédicacé était celui qu’ils pouvaient appeler le leur, c’était une période de très grande joie.

C’est bien pour nous, qui apprécions nos précieuses chapelles et nos lieux de cultes, de nous rappeler les sacrifices consentis par nos prédécesseurs qui firent que nous poussions, aujourd’hui, avoir nos propres édifices.

President David O McKay

Lors de l’inauguration de la chapelle de la 41e Avenue à Vancouver, en 1952, le président David O.McKay déclara: « Par conséquent, lorsque nous bâtissons, ayons à l’esprit que nous construisons pour toujours… que notre travail soit tel que nos descendants nous en remercient, et lorsque nous nous affairons à poser les pierres les unes sur les autres disons-nous; que le temps viendra où ces pierres seront sacrées parce que nos mains les auront touchées. »

Il y a eu trois chapelles qui furent construites et dédicacées qui font partie de mon expérience personnelle dans cette église, dont chaque processus fut différent.

La première dédicace a eu lieu en 1962 à Timmins, en Ontario.  Nous étions un groupe d’environ 60 personnes qui au début se réunissaient dans les maisons des membres, et ensuite dans le Oddfellows’ Hall, et enfin dans notre propre édifice de phase 1.  Les membres de la branche ont travaillé fort et ont beaucoup sacrifié pour avoir cet édifice.  Nous avons recueilli une bonne partie des fonds nécessaires; nous avons aidé à nettoyer la propriété, l’avons gardé propre pendant la construction, et nous avons fait tout ce que nous pouvions pour accélérer son achèvement.  Aujourd’hui, cet édifice a été agrandi pour servir de centre de pieu.

Timmons Chapel

La section droite du centre de pieu de Timmins, en Ontario, est la première phase construite en 1960.

En 1966, j’ai assisté à l’inauguration du centre pieu de Burnaby, en Colombie-Britannique. Alors que je n’ai pas participé à sa construction, j’ai entendu les histoires de tout ce que cela a impliqué pour que ce projet puisse être amené jusqu’à sa dédicace.

Burnaby Chapel

À l’approche de son achèvement, alors que la dédicace devait avoir lieu deux semaines plus tard, le pieu devait encore 70,000$ à l’Église pour la part des coûts encourus pour l’édifice.  Keth M. Humphreys, le président du pieu de Vancouver, voulait rendre le bâtiment au Seigneur libre de toute dette.  Il a convoqué une réunion spéciale pour tous les détenteurs de la prêtrise du pieu et a insisté sur son désir de voir cet édifice entièrement payé avant sa dédicace.  Il a ensuite demandé à la congrégation de considérer combien chaque membre pouvait donner et leur a demandé de « doubler ce montant ».   « Il a promis que s’ils le faisaient, ils seraient grandement bénis.  Cet après-midi-là, 28,000$ ont été promis, et au cours des deux semaines suivantes, les membres ont démontré leur grande foi envers l’objectif qui était en vue.  Une petite fille a donné tout l’argent qu’elle avait économisé pour acheter un aquarium.  Un membre moins actif a fait don de l’argent qu’il avait mis de côté pour son enterrement.  Grâce à leur foi, les membres de Vancouver ont amassé 70,000$ en seulement deux semaines et, le 22 octobre 1967, N. Eldon Tanner a pu consacrer leur don au Seigneur. »  (Ruth Yates, « Canadian Mormons, An Illustrated History of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in Canada », chapitre 7)

Merritt Chapel

Le dernier édifice que j’ai vu être construit fut une chapelle à Merrit, dans le pieu de Vernon, en Colombie-Britannique.  Les membres de cette localité se réunissaient dans un immeuble commercial lorsqu’on leur a dit, en 2008, qu’ils auraient leur propre édifice.  Nous avons été ravis de voir le processus de construction de notre belle chapelle.  Nous n’avons rien eu à faire nous-mêmes, et nous n’avons même pas eu besoin de faire une levée de fonds.  Tout ce qui était exigé de nous c’était d’en profiter et d’inviter nos amis et nos voisins à se joindre à nous.  Même si le processus d’acquisition d’un bâtiment a changé au fil des ans tout ce qu’il représente pour nous en termes de dévotion et d’engagement à servir n’a pas changé.

En 1935 à Calgary, durant les années de la Grande Dépression, les membres souffraient, mais étaient impatients d’avoir leur propre lieu de culte.  Ils réussirent à ramasser 50% des parts requises, à récupérer des matériaux de construction et à y mettre de longues heures de travail.  Les membres de l’Église sans emploi travaillaient sur le site pendant la journée et ceux qui avaient un emploi le jour y travaillaient le soir.  Le sous-sol fut creusé avec des pics et des pelles. « Malgré le travail acharné, les membres de l’Église firent don de leur temps et  travaillèrent volontairement et joyeusement dans un esprit coopératif habituel. » (Linda Davis, “Canadian Mormons, An Illustrated History of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in Canada”, chapitre 9)

La chapelle située sur l’avenue Whyte à Edmonton fut construite entre 1948 et 1951, et est «le seul centre pieu qui prétend avoir été construit sur des chocolats. »  Alors que les membres de la branche se sacrifiaient et travaillaient ensemble avec diligence, ils développèrent un « esprit remarquable d’amour et d’harmonie » ce qui suscita une énorme croissance dans cette ville. (Walter C. Meyer, “Canadian Mormons, An Illustrated History of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in Canada”, chapitre 10)

Cranbrook Congregation

À Cranbrook, en Colombie-Britannique les membres se réunissaient dans une vieille maison en rondins à côté d’un cours d’eau à fort débit.  Sachant qu’ils avaient besoin d’une installation plus adéquate, ils commencèrent à travailler pour recueillir des fonds.  Leur président George Atwood et son épouse, Eliza, voyagèrent dans leur camion sur les routes cahoteuses et visitèrent tous les agriculteurs membres de l’Église dans les 50 milles environnants à la recherche de dons pour le fond de construction.  Ils reçurent la même réponse partout où ils allaient : « Pas d’argent. »  Cependant, George leur disait : « Si vous n’avez pas d’argent, vous avez des veaux, des cochons, des moutons et des poulets. »  Il était prêt à prendre tout ce qu’on lui donnerait.  Il lui fallut de nombreux jours et plusieurs longs voyages pour aller chercher tout le bétail donné et pour le livrer aux acheteurs.  Deux cent personnes assistèrent à la dédicace de la nouvelle chapelle, lors du printemps 1949.

St James Chapel

Des discussions encourageantes sur la construction d’une chapelle dans la région éloignée de Fort Saint-James, en Colombie-Britannique, commencèrent en 1961.  En 1964, les membres de la branche eurent suffisamment d’argent pour acheter un vieux magasin de la baie d’Hudson.  Les membres l’ont déplacé sur une propriété qu’ils avaient acquise et l’ont ensuite rénové et réaménagé pour en faire un magnifique lieu de culte qui fut dédicacé en juin 1967.

Cette branche située dans l’intérieur nord fut dissoute en 1972 lorsque l’usine ferma ses portes et que de nombreux membres déménagèrent.  Les autres membres se joignirent à la branche de Vanderhoof, 40 milles plus au sud.  La grande maison qui servait de lieu de culte devint trop chère pour être entretenue et fut vendue.  Elle est devenue par la suite le palais de justice et le reste de l’espace fut occupé par des bureaux gouvernementaux qui desservirent la région de Fort Saint-James.  Les recettes permirent de construire un nouveau lieu de culte à Vanderhoof.

Ils existent plusieurs listes de levée de fonds datant de 1976 que les  membres de Fort Saint-James, dans le nord de la Colombie-Britannique, dressèrent pour des projets de levée de fonds comme la vente de chili fait maison et de racinettes au rodéo local, la fabrication de chocolat à Noël, les bazars et les pâtisseries, la vente de courtepointe fait à la main et la récolte de pommes de terre cultivées par des membres.  Le souvenir familier de cette période occupée est : « Comme nous étions très béni. »

Posséder leur propre lieu de culte, dont les membres avaient fait des sacrifices pour construire, comptait beaucoup pour eux.  Maintenant, ils pouvaient planifier et organiser des activités ambitieuses pour leurs enfants, les adolescents et les adultes. Dans les années 1950 à 1960, parce que les chapelles étaient rares et espacées entre elles,  les membres venaient de loin pour participer aux activités telles que les festivals de danse, les productions théâtrales, les bals vert et or, les événements sportifs et les conférences trimestrielles.

L’organisation de pieux avec des dirigeants d’auxiliaires et de plus grand centre de pieu permirent des activités sociales et culturelles qui réunirent les membres pour leur édification spirituelle, ainsi que leur divertissement.  Ces activités fournirent un terrain d’entraînement pour les dirigeants, ainsi que le renforcement de liens sociaux où les membres apprirent à se servir et à s’aimer les uns les autres.

L’utilisation de ces lieux de culte remplaça les coûts financiers et le travail qui unissaient les Saints dans le passé, alors qu’ils travaillaient pour nous fournir ces endroits.  Ne prenons pas pour acquis les installations que nous avons aujourd’hui en place dans la plupart des régions du pays et démontrons par notre dévouement et notre volonté à servir, que nous sommes reconnaissants pour les sacrifices qui furent faits pour nous.