Sauter le menu général

Servir les autres tout en recherchant l’Église vivante

Father serving his children

Lorsque je suis parti des Philippines pour rendre visite à mon fils et à sa famille (qui vit en Alberta), je n’imaginais pas que cinq mois plus tard, je serais baptisé et confirmé membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.  Après tout, j’ai 77 ans.  La plupart des gens ne s’attendent pas à ce qu’un homme plus âgé recherche activement « l’Église vraie et vivante » (Doctrine & Alliances 1:30).

Rolly speaking

La façon dont les missionnaires ont pu commencer à m’enseigner a commencé lorsque David et Tami Torrie ont frappé à la porte de la maison de mon fils.  Le président Torri (conseiller dans la présidence de pieu) explique comment le Saint-Esprit les a guidés tous les deux un jour de sabbat :

En parcourant en voiture la rue qui mène au centre de pieu, j’ai remarqué un homme debout sur son porche en train de fumer une cigarette.  Comme cela se produit parfois, l’Esprit m’a aidé à me concentrer de façon différente sur cet homme et m’a fait ressentir ce simple message : « Cet homme a besoin de l’Évangile. »  J’ai continué à conduire et j’ai eu un petit débat dans ma tête.  Je savais que je devais présider à la réunion de Sainte-Cène et que je devais être assis sur l’estrade de la chapelle dans quelques minutes.  J’étais aussi inquiet à l’idée de m’approcher d’un homme qui fume sous son porche.  J’ai conduit les deux derniers pâtés de maisons en espérant que l’inspiration se dissipe.

Mon épouse, Tami, est une merveilleuse missionnaire qui donne régulièrement le Livre de Mormon et des petites cartes de contacts à des étrangers et des amis.  Lorsque je lui ai parlé de l’inspiration que j’avais eue, je savais qu’elle m’aiderait à avoir le courage de faire ce qui s’imposait.  Comme prévu, elle m’a demandé : « Est-ce que nous allons marcher ou prendre la voiture? »  Parce que c’était l’hiver, nous sommes remontés dans la voiture et sommes retournés à la maison du fumeur.  Il n’était plus sur le porche, nous avons donc marché jusqu’à la porte d’entrée.  Au lieu d’avoir peur, nous avons ressenti une paix et avons su que nous faisions ce qu’il fallait.

La famille Batuigas nous accueillirent chaleureusement.  Nous sommes entrés à l’intérieur et nous nous sommes présentés et leur avons dit que nous allions à l’église.  Nous leur avons fait savoir qu’ils étaient les bienvenus s’ils voulaient venir avec nous.  Ils portaient des vêtements de travail et se préparaient à peindre l’intérieur de la maison qu’ils venaient d’acheter.  Nous avons eu une visite agréable avec la famille et nous savions que nous avions trouvé de nouveaux amis.  Grand-père Rolly était extrêmement  gentil et avait un regard chaleureux.  Au cours des semaines qui suivirent, nous nous sommes arrêtés quelques fois pour leur rendre de petites visites et nous informèrent les missionnaires à propos de nos nouveaux amis.

Rolly and his family at his baptism

Peu de temps après les visites sans rendez-vous des Torrie, les missionnaires sont venus chez mon fils m’instruire et j’ai commencé à assister à la réunion de Sainte-Cène le dimanche.  J’étais intéressé, mais je ne savais pas trop comment précéder.  Après plusieurs leçons, les missionnaires sont venus avec un autre homme plus âgé, Charles Hart.  Il avait 69 ans, beaucoup plus près de mon âge.  Après la leçon de cette soirée, j’ai proposé de les rencontrer tous les vendredis après-midi au centre de pieu de l’Église, afin que je puisse sérieusement commencer à étudier l’Évangile de Jésus-Christ.  Les leçons ont continué pendant les trois mois suivants.  Ensemble, les missionnaires et frère Hart m’ont guidé afin que je puisse comprendre le Livre de Mormon, ont répondu à mes questions sur la Sainte Bible et m’ont aidé à vivre la Parole de Sagesse.  J’ai passé la plus grande partie de ma vie à boire du café tous les jours et à fumer comme une cheminée (20 cigarettes en moyenne par jour), que je considérais être mes vitamines.  Mais avec l’aide de Dieu, de Darden et de Gregory, j’ai finalement pu vaincre ces dépendances et leur dire que j’étais non seulement désireux, mais également digne d’être baptisé le 7 avril 2018.  Le lendemain, lors de la réunion de Sainte-Cène, Darden m’a confirmé membre de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et m’a conféré le don du Saint-Esprit.

Rolly with the missionaries of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints

Mon désir de savoir à quelle Église me joindre était en quelque sorte semblable à la quête de Joseph Smith : « Au milieu de  cette guerre de paroles et de ce tumulte d’opinions, je me disais souvent : Que faut-il faire?  Lequel de tous ces partis a raison? Ou ont-ils tous tort, autant qu’ils sont?  Si l’un d’eux a raison, lequel est-ce, et comment le saurai-je?  (Joseph Smith, Histoire 1:10)

Joseph Smith reading the Bible

 Lorsque j’ai eu mon diplôme d’études secondaires, le prêtre a demandé la permission à mes parents de m’envoyer suivre 12 années de formation au séminaire pour devenir prêtre.  Mes parents ont pensé que c’était une invitation merveilleuse, mais je ne croyais pas que c’était ma vocation.  Je suis allé travailler, j’ai épousé une merveilleuse femme de foi protestante et on a fondé une famille : trois fils et une fille.  J’étais un fervent adepte de l’Église catholique romaine.  J’ai été nommé président de la Société de Saint-Vincent-de-Paul à Las Piñas.  En 1994, j’ai été choisi pour être l’un des six représentants des Philippines à la Conférence Asie-Pacifique qui s’est tenue aux Philippines.

En plus d’élever une famille aimante, j’ai également ressenti le désir profond d’aider les personnes dans le besoin.  Puis, en 1979, un grand défi s’est posé lorsqu’un groupe de personnes m’a demandé de les aider à développer leur communauté.  C’était un domaine de 68 hectares appartenant au gouvernement et occupé par des personnes vivant sans électricité, sans bonnes routes, sans bâtiments scolaires et sans églises.  Étant donné que je travaillais pour une maison d’édition philippine depuis le début des années soixante, j’avais des liens étroits avec le gouvernement.  Même pendant les périodes de loi martiale, j’ai pu aider cette communauté.  J’ai même reçu l’approbation du président des Philippines et de la National Housing Authority pour attribuer des terrains à des personnes appelées « squatters ».  J’ai également organisé des groupes de soutien pour les jeunes adultes, afin de leur apprendre à obtenir un emploi et à devenir autonomes grâce à des formations axées sur les moyens de subsistance, et j’ai organisé des classes pour leurs jeunes enfants.  Les principes fondamentaux que j’ai essayé d’enseigner à mes voisins étaient : l’unité, la coopération et l’amour.

En 1994, le maire de Las Piñas m’a encouragé à organiser une école préscolaire soutenue par des bénévoles qui aiderait les parents à préparer efficacement leurs enfants à l’école primaire.  Avec l’appui supplémentaire du club Kiwanis de Las Piñas (dans lequel j’étais vice-président) et de la Société Saint-Vincent-de-Paul-Philippines, j’ai pu contribuer à la création de l’école préscolaire chrétienne du Bon Pasteur.

Good Shepherd Christian School

L’école préscolaire chrétienne du Bon Pasteur continue à fonctionner de nos jours.  En 2017, nous avons pu établir la Charles Edward Academy.  Il s’agit d’une école située sur un site différent, approuvée par le Ministère de l’Éducation et qui inclut les première et deuxième années.  Beaucoup d’enfants qui fréquentent ces écoles m’appellent affectueusement « père ».  L’une des découvertes surprenantes que j’ai faite lorsque les missionnaires ont commencé à m’enseigner est l’importance d’aider les autres : « … lorsque vous êtes au service de vos semblables, vous êtes simplement au service de votre Dieu » (Mosiah 2:17).  Soudain, je me suis rendu compte qu’en servant les autres toute ma vie, j’avais déjà servi notre Saint-Père.

Graduation at children pre-school

Le 29 avril 2018, je vais retourner aux Philippines.  Dans mes bagages, je vais emporter avec moi une copie du Livre de Mormon pour le partager, des copies du Livre de Mormon et du Nouveau Testament en images pour les enfants, et les récents manuels sur L'autonomie de l’Église. Frère Hart m’a fait visiter le magasin de l’évêque et les services d’emploi de l’Église à Lethbridge, en Alberta.  J’ai été stupéfait des ressources développées par l’Église au Canada pour aider les saints dans le besoin et leur apprendre à se prendre en charge.

Je suis impatient de pouvoir travailler toute ma vie sous la direction de mon évêque philippin et de mon président de pieu, afin de continuer à servir les autres, magnifiant mon nouvel appel sacré en tant que prêtre ordonné dans la Prêtrise d’Aaron.  Comme le président Stephen L. Richards l’a expliqué un jour : « pour des raisons pratiques, je définis souvent la prêtrise en termes de service, et je l’appelle fréquemment : ‘le plan parfait du service’… C’est un instrument de service… »  (Liahona, mai 2005).  D’une certaine manière, j’ai réalisé le rêve de mes parents de devenir un jour prêtre au service de Dieu.

Jesus Christ with the children

Mais surtout, je continuerai à servir et à aimer les petits enfants dans les écoles préscolaires que j’ai aidé à établir.  Je leur enseignerai l’amour que Jésus et son Saint-Père ont pour eux.  L’une des leçons les plus importantes que Jésus ait enseignée pendant son ministère sur cette terre est la suivante : « … Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. »  (Luc 18 :16*)

**La Bible en français n’est pas disponible sur le site français de lds.org