Sauter le menu général

Les jeunes de Cardston font du travail au temple et l’œuvre de l’histoire familiale

Cardston youth ready to go into the temple for baptisms

La plupart des gens attendent avec impatience les vendredis.  Cependant, Linn Jensen, directeur du centre d’histoire familiale des Saints des Derniers Jours de Cardtson (Alberta) et son personnel les chérissent.

Il y a trois ans, les pieux de Cardston Alberta et de Cardston Alberta Ouest de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours se sont associés pour créer un programme visant à « ramener le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères.”  (Malachie 4 :6*)  En débutant seulement avec six jeunes, le programme hebdomadaire a graduellement atteint vingt participants pour finalement doubler la deuxième année.

Cette année, soixante-cinq étudiants ont participé au programme du temple et l’œuvre de l’histoire familiale pour les jeunes. Il y a une réunion qui se tient tous les vendredis au centre d’histoire familiale, situé près de l’école secondaire de Cardston et du collège de Cardston à quelques pas du temple de Cardston.  Chaque semaine, les élèves s’infiltrent dans le centre à la fin de leurs cours en mi-journée.  Le programme commence par une prière d’ouverture suivie d’une pensée spirituelle, puis par une leçon sur l’œuvre de l’histoire familiale donnée par un étudiant.

« Les étudiants s’inscrivent pour donner la leçon – des semaines à l’avance, » a déclaré sœur Kristen Creason, une consultante de l’œuvre de l’histoire familiale du pieu pour les jeunes.  Après la leçon, les élèves se régalent de pizza pour le dîner.  Après le dîner, à tour de rôle, les élèves participent à l’une des activités suivantes : 1) Apporter des noms au temple 2) Travailler sur leur histoire familiale ou faire de l’indexation sur l’un des ordinateurs du centre 3) Apporter de l’aide à ceux qui travaillent sur les ordinateurs.  « Les jeunes aident les consultants à enseigner… ces jeunes sont incroyables; ils nous inspirent, » a déclaré sœur Creason.

Youth teaching a family history lesson

«Il arrive que des investigateurs ou des étudiants moins actifs viennent au centre d’histoire familiale, » sœur Patricia Beazer, une consultante de l’œuvre d’histoire familiale du pieu pour les jeunes, a dit : « Même s’ils ne font que passer pour manger un morceau de pizza, ils bénéficient de la pensée spirituelle ainsi que de la leçon sur l’œuvre de l’histoire familiale avant leur départ. »

« C’est un outil pour aider les jeunes à connaître et expérimenter les bénédictions et le pouvoir qui découlent de l’œuvre de l’histoire familiale, » a dit sœur Creason.  Lorsque les étudiants ont du mal à trouver un nom, « Nous leur disons de rentrer chez eux et de prier – pour demander de l’aide.  Je leur promets que la réponse viendra. »

«C’est l’appel le plus spirituel que vous n’ayez jamais eu, » a déclaré sœur Beazer.  « Le Seigneur répondra à vos prières concernant le travail missionnaire.  Avec la technologie actuelle, on n’a plus besoin d’être un détective.  L’histoire familiale est aussi un moyen d’enregistrer et de conserver les souvenirs. »

Avec la prolifération des applications pour l’œuvre de l’histoire familiale disponibles sur les téléphones intelligents, et les ordinateurs, de nombreux étudiants peuvent maintenant faire du travail sur leur histoire familiale  « … en attendent leur transport après l’école … et c’est ce que font les jeunes, » déclare sœur Creason.  « Je pense que les jeunes de cette génération ont été mis à part pour notre époque – afin de faire avancer l’œuvre de l’histoire familiale; ils ont reçu la responsabilité d’accomplir ce travail.  L’Église le reconnaît et met (l’œuvre de l’histoire familiale) là où les jeunes sont (sur leurs téléphones intelligents). »

Ready to print some family history names

Ainsi, les jeunes de Cardston se trouve à se préparer pour des missions à plein temps en participant à un « travail missionnaire » au de-delà du voile.  « Les jeunes qui servent des missions pour l’Église sont invités à se familiariser avec l’œuvre de l’histoire familiale et sont demandés d’apporter avec eux leur généalogie concernant leur trois générations sur le champ de la mission, » a déclaré frère Linn.

« Les gens ont le désir inné de savoir quelque chose sur leurs ancêtres.  Cela devient une occasion naturelle pour nos missionnaires.  En apprenant à aimer les personnes qu’ils instruisent, ils leur poseront naturellement des questions au sujet de leur famille.   ‘Vos parents sont-ils en vie?  Vos grands-parents sont-ils en vie? ‘   La conversation est toute naturelle lorsqu’on propose aux personnes qui ont envie de discuter avec les missionnaires de parler de leurs être chers, » a déclaré le président Russel M. Nelson a dit durant la conférence Rootstech 2017 à Provo, Utah. 

Sœur Lybbert, directrice adjointe de l’indexation du pieu, a dit: « Beaucoup d’enfants ont des ancêtres pionniers, ils n’ont donc pas beaucoup de noms à faire, alors ils font de l’indexation. »  L’indexation est le processus par lequel on entre les informations contenues dans les registres sur une base de données consultable.  Ces étudiants font des « connections spirituelles » par indexation.

Les étudiants sont très engagés et investis dans le programme; en fait, sœur Lybbert se rappelle comment les enfants se sont présentés au centre d’histoire familiale un vendredi, alors que l’Internet était en panne.  Les enfants ne sont pas repartis.  « Ils ont patiemment attendu, » a déclaré sœur Lybbert.  « Certains sont allés au temple en espérant que l’Internet reviennent plus tard, mais ce ne fut pas le cas. »  Sœur Lybbert a dit que le refrain qu’elle entend fréquemment est : « Peut-on venir quand même? »

Leader assisting with family history work

Le programme des jeunes connaît un tel succès, que plusieurs autres pieux nous contactent pour savoir comment lancer leurs propres programmes.  Quelle est la clé? Est-ce la pizza?

« J’aime la pizza, » a admis sans attendre Katie Ranger, une participante dans sa première année.  « Mais j’aime aussi aller au temple. »

« Ce programme m’aide à ressentir l’Esprit et m’aide à mieux connaître ma famille, » a déclaré Clara Beazer, une participante de troisième année.  « Sans le programme – j’irais probablement encore au temple, mais je n’apporterais probablement pas mes propres noms.  Je suis allée au temple chaque semaine cette année, » a-t-elle déclaré.

« Lorsque tu as des questions sur l’histoire familiale, tu peux venir ici parce qu’il y a tant de personnes qui peuvent t’aider.  Tu peux obtenir les solutions à tes problèmes, » a déclaré Brad Ranger, un participant de troisième année.

Students ready for the temple

Donald Campbell, un étudiant de septième année, aime trouver des noms.

« J’ai plus de 4,000 milles noms de mes ancêtres qui sont enregistrés sur Family Search,” a-t-il déclaré.  « Ce ne sont que vingt-six générations! »  Ce jour-là, il a été intrigué par un ancêtre du nord d’Israël.  Le comte Raoul de Lusignan 1er, qui est né en 1164.  « Il est mort en France en mai 1219 », a déclaré frère Campbell avant de vérifier la lignée de ce comte.  « Je veux aller aussi loin que possible! »

Lors de la conférence RootsTech de 2018, le président Oaks a déclaré que les jeunes qui participent à l’histoire familiale “ … éprouvent une joie quasi instantanée et une confiance accrue.  Ils deviennent plus connectés avec leurs familles.   Ils ne se sentent plus seuls.  Ils commencent à ressentir une parenté céleste.  Ils apprennent ce que signifie ressentir l’Esprit.  L’œuvre de l’histoire familiale offre une influence de guérison et une assurance que chaque personne est précieuse aux yeux de notre Père céleste… . »  **  (“President and Sister Oaks Share Personal Experiences During Family Discovery Day” Church News 3 March 2018)

Le président Nelson a récemment exhorté les membres à rester sur la voie des alliances qu’ils ont contractées et à faire du temple et de l’œuvre de l’histoire familiale une priorité.   « … Je lance un défi à chacun d’entre vous afin que le sentiment merveilleux qui accompagne cette œuvre puisse perdurer et même s’accroître.  Je vous invite à réfléchir en vous aidant de la prière au genre de sacrifice, et de préférence de sacrifice de temps, que vous pouvez faire pour participer plus activement à l’œuvre de l’histoire familiale et du temple cette année. » (« Ouvrir les cieux par l'œuvre de l'histoire familiale et du temple », Liahona octobre 2017)

Les jeunes du sud de l’Alberta acceptent le défi de faire la queue tous les vendredis à l’extérieur du temple de Cardston.

Staff at the Cardston history centre

Reconnaissant pour son personnel et émerveillé par la diligence des jeunes, frère Linn a dit que certains membres du personnel du centre d’histoire familiale ont commencé à participer à RootsTech lorsque le programme des jeunes a débuté, et davantage d’étudiants et de membres du personnel assistent à la conférence chaque année.  « J’aime cette événement et le programme des jeunes, » a dit frère Linn.  « Le dévouement et l’engagement du personnel à enseigner les classes, à aider les gens et le soutien qu’ils apportent au programme des jeunes est stupéfiant. »

*La Bible en français n’est pas disponible sur le site français de lds.org 

** Ce lien n’est pas disponible en français