Sauter le menu général

Canada 150 : L’Église dans le Nord du Canada

Map of the northern part of Canada

Note de l’éditeur : Pour célébrer le 150e anniversaire du Canada, un projet a été mis sur pied par les missionnaires Roy et Carma Prete en vue de compiler un livre racontant l’histoire de l’Église de Jésus‑Christ des Saints des Derniers Jours au Canada. Plusieurs rédacteurs ont écrit des chapitres dans lesquels ils décrivent différents aspects ou différentes périodes de cette histoire.

La rédaction de ce livre, intitulé Canadian Mormon: History of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in Canada, est terminée, et le livre a été publié.

Avec la permission des Pretes, nous avons communiqué avec plusieurs auteurs et nous les avons invités à fournir des articles fondés sur les chapitres du livre qui les concernent ou qui y sont liés. Voici un de ces articles. 

Nous, à canada.lds.org, désirons remercier frère et sœur Prete pour leur aimable collaboration et pour avoir contribué à la réalisation de ce projet. Nous remercions également les auteurs qui ont bien voulu accepter d’y participer. 

Les trois territoires nordiques du Canada, le Yukon, les Territoires du Nord‑Ouest et le Nunavut, représentent près de 40 pour cent de la superficie totale du Canada, mais sa population totale est inférieure à 120 000 habitants. (Voir Nord canadien - Wikipédia)

En 2017, il n’y avait que 400 membres de l’Église de Jésus‑Christ des Saints des Derniers Jours dans cette région faiblement peuplée.

Un des principaux défis pour la croissance de l’Église dans le Nord est le fait que beaucoup de gens ne sont que de passage. Une importante partie de l’économie des régions du Nord est fondée sur les services gouvernementaux ainsi que sur le développement des ressources naturelles, comme l’exploitation minière et forestière et l’industrie du pétrole et du gaz, des secteurs qui sont à la merci des hauts et des bas des marchés internationaux. Les membres de l’Église s’installent dans les territoires nordiques parce qu’il y a des possibilités d’emploi, mais lorsque les mines ferment ou lorsque le prix du pétrole chute, ils doivent s’installer ailleurs pour trouver du travail.

Les membres de l’Église qui vivent dans le Grand Nord sont aussi confrontés à d’autres défis uniques, notamment les grandes distances, l’isolement et parfois des conditions climatiques extrêmes, mais ils ont en commun avec d’autres membres de l’Église canadiens, le même amour de l’Évangile et le désir de faire grandir l’Église dans ces régions

Yukon flag

En 1952, Norman et Beth Drayton, ainsi que leur fils John, sont partis d’Australie pour venir s’installer à Whitehorse, au Yukon, où Norman avait accepté un emploi comme ingénieur en téléphonie. Ils étaient les premiers membres de l’Église au Yukon. En temps et lieu, quelques autres membres de l’Église se sont aussi installés à Whitehorse. Le petit groupe a commencé à tenir des réunions de l’École du dimanche, et en 1959, la première Société de Secours a été organisée.

En 1963, lorsqu’une branche a été établie, Norman Drayton est devenu le premier président de branche. En 1964, lors d’une visite du président de mission pour la conférence de branche, 35 personnes assistaient à la réunion, la totalité des membres de la branche.  

Trouver un endroit pour tenir les réunions de l’Église constituait un véritable défi pour les saints de Whitehorse. Au début, ils se réunissaient dans les résidences des membres et dans l’école de formation professionnelle de Whitehorse. De 1965 à 1967, les réunions avaient lieu dans l’ancien Masonic Hall, dont l’appareil de chauffage était imprévisible et produisait de temps à autre une explosion qui laissait une couche de suie sur les chaises, les tables et d’autres surfaces. Les membres de la branche devaient arriver plus tôt pour les réunions afin de nettoyer la suie avant que l’on puisse s’asseoir. 

Winter in Whitehorse

La branche mettait beaucoup l’accent sur les levées de fonds, car les membres rêvaient du jour où ils pourraient construire leur propre lieu de culte. Après bien des années, le but d’avoir leur propre chapelle semblait un rêve aussi lointain que jamais.

Lorsque Douglas T. Snarr est arrivé à Anchorage en juillet 1978 en tant que président de la mission d’Anchorage, en Alaska, ce qui comprenait le Yukon, il a reconnu que les lieux de culte constituaient la clé du progrès de l’Église à Whitehorse et à d’autres endroits de sa mission, et qu’il fallait trouver des solutions novatrices. Après avoir étudié la situation et s’être informé, président Snarr a proposé de construire à Whitehorse et à d’autres endroits du territoire de la mission, des bâtiments préfabriqués faits de billots de cèdre rabotés à languette et rainures conçus pour résister aux grosses chutes de neige et aux températures froides comme il y en avait dans le Grand Nord.

Church of Jesus Christ of Latter-day Saints in Whitehorse

Ces bâtiments avaient un avantage supplémentaire, les membres de la place pouvaient consacrer plusieurs heures de travail à la construction du bâtiment, satisfaisant ainsi à l’exigence d’une contribution financière locale. Les membres de la branche ont commencé à se réunir dans leur nouvelle chapelle (phase 1) en 1981 et, depuis ce temps, une deuxième phase et un centre d’histoire familiale ont été ajoutés.

Mormon Church

Cependant, le fait d’avoir une chapelle n’avait pas résolu le problème de la distance entre la branche et le centre de pieu ou le temple. Selon un rapport de 2013, aller à une conférence de pieu est toute une embardée pour les membres de la branche de Whitehorse. Ils doivent rouler deux heures pour se rendre de Whitehorse à Skagway, en Alaska, où ils doivent ensuite prendre un traversier qui les débarquera sept heures plus tard à Juneau, en Alaska, le siège social de leur pieu. Il faut encore plus de temps pour aller au temple, soit 13 heures de route pour parcourir la distance entre Whitehorse et le temple d’Anchorage, en Alaska, si les conditions météorologiques sont bonnes, mais en hiver, il est possible qu’il faille beaucoup plus de temps.

Nowthwest Territory flag

Dans les années 1960, une autre branche a vu le jour à Inuvik, une ville construite par le gouvernement du Canada pour devenir l’administration centrale de la Gendarmerie royale du Canada, d’Affaires autochtones et du Nord, des forces militaires canadiennes et de différents autres organismes gouvernementaux. La ville, située dans le delta du Mackenzie, 200 kilomètres au nord du cercle arctique, a été conçue et construite pour répondre aux besoins des employés du gouvernement, des militaires et d’une population civile de soutien qui y vivent dans les conditions extrêmes de l’Arctique

January weather in Inuvik

Abiah et Ora Clark et leur famille sont arrivés dans la nouvelle ville en 1961. Abiah travaillait comme surintendant des installations électriques dans plusieurs collectivités nordiques. D’autres familles membres de l’Église se sont également installées à Inuvik et, en 1964, une branche indépendante y a été formée.

Relief Society sisters in Inuvik

En 1967, la branche indépendante d’Inuvik comptait 50 membres, et Abiah Clark en était le président. Le compte rendu de la branche pour un dimanche de février 1968 indique que 19 membres téméraires assistaient à la réunion de Sainte‑Cène même si le thermomètre indiquait -52oC (-62°F).

Sunday School in Inuvik

La branche organisait des coins de feu pour les jeunes, offrait les classes du séminaire, une formation en enseignement ainsi qu’un cours sur la généalogie, en plus de tenir les réunions régulières du dimanche et les réunions des auxiliaires. Les visites au foyer étaient également organisées.

Au cours des années suivantes, des familles sont parties d’Inuvik, ce qui a causé la fermeture de la branche en 1972.

Winter in Yellowknife

Dès 1965, des membres de l’Église se sont installés à Yellowknife, dans les Territoires du Nord‑Ouest. En 1973, il y avait 26 membres de l’Église à Yellowknife. Ils se rencontraient pour assister aux réunions de l’École du dimanche, de la Société de Secours et de Sainte‑Cène. En 1983, une branche a été formée à Yellowknife. En 1988, la branche comptait 100 membres dont 50 vivaient à Yellowknife ou dans les environs et les 50 autres vivaient dans différentes collectivités éloignées. Dans les années 1970 et 1980, par exemple, la famille de Gordon et Sylvia Haslam tenait régulièrement des réunions de Sainte‑Cène dans leur maison de Fort Smith même si, techniquement, ils étaient membres de la branche de Yellowknife près de 750 kilomètres de là.

Church of Jesus Christ of Latter-day Saints meetinghouse

Pendant un certain temps, la branche de Yellowknife tenait des réunions à la Northern United Place, et en 1996, une chapelle a été consacrée dans la ville. Elle était dotée d’une antenne parabolique, d’un centre d’histoire familiale et de logements pour les missionnaires.

En 2011, la branche de Yellowknife a été ajoutée au pieu d’Edmonton Alberta Nord. Le pieu utilisait la technologie des communications disponibles, par exemple la webdiffusion et la vidéoconférence personnelle, pour permettre aux membres de la branche de Yellowknife de participer plus pleinement aux réunions et aux conférences de pieu.

En novembre 2012, lorsque le pieu d’Edmonton Alberta Nord a tenu une conférence jeunesse, cinq jeunes de la branche de Yellowknife y ont participé. Ce qui était inhabituel, c’était leur moyen de transport. Comme Yellowknife est à 1 500 kilomètres d’Edmonton, l’Église a payé les billets d’avion des jeunes pour se rendre à la conférence et en revenir.

Nunavut flag

Pendant quelques années, il y avait également une petite branche à Iqaluit, au Nunavut. En 2004, après le baptême d’un résident d’Iqaluit pendant un séjour à Ottawa, David O. Ulrich, président de la mission canadienne de Montréal, a envoyé deux missionnaires, Elder Gamble de Preston, en Idaho, et Elder Marsh de South Jordan, en Utah, à Iqaluit pour soutenir le nouveau converti et commencer le travail missionnaire dans cette région.

Missionaries of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints

À la fin de 2004, président Ulrich signalait qu’une petite branche avait été créée à Iqaluit et comptait 10 membres. Un missionnaire avait été appelé comme président de branche. La branche a existé pendant quelques années et a reçu la visite d’au moins deux présidents de mission, mais les gens sont partis s’installer ailleurs et en 2009, il a fallu fermer la branche.

Winter in Iqaluit

En 2017, il n’y a que deux branches de l’Église dans les vastes territoires du Nord : une à Whitehorse, au Yukon, et l’autre à Yellowknife, dans les Territoire du Nord‑Ouest. Ces deux branches aux bassins de population plus grands ont survécu aux périodes de ralentissement économique, mais ont quand même connu des temps difficiles pendant les périodes où le nombre de membres diminuait.

Comme les membres de l’Église dans les territoires nordiques se soutiennent les uns les autres et relèvent les défis associés à la distance, au climat et à l’isolement, leur foi et leur engagement sont un exemple pour nous tous