Sauter le menu général

Un apôtre à Abbotsford

Un apôtre à Abbotsford

Les 13 et 14 décembre, frère David A. Bednar, du Collège des douze apôtres, a visité et instruit les dirigeants et les membres du pieu d’Abbotsford, en Colombie-Britannique.

Voici quelques doctrines et principes sur lesquels il a insisté pendant la session de la conférence de pieu du samedi soir, ainsi que des commentaires des membres sur ce qui a été dit.

Elder Bednar & others -ADJ.jpg

Frère Bednar
La foi
« Il est impossible d’exercer sa foi en Dieu tant que nous n’avons pas acquis de connaissances quant à sa nature et à son caractère divins. Il est impossible de vraiment adorer Dieu sans exercer sa foi.

Frère Bednar

La foi

Vous voici ici en ce samedi soir, tout juste avant Noël. Je vous félicite pour votre dévotion. Vous êtes un miracle. D’autres personnes ne comprennent pas un tel engagement. La vérité rétablie inspire la foi et la dévotion. »

La repentance
« C’est un appel individuel à la repentance. Se repentir, c’est venir ou revenir au Seigneur Jésus-Christ. Tout l’évangile de Jésus-Christ est centré sur la repentance : apprendre, changer et devenir meilleur. L’homme naturel déteste le changement. Lorsque nous délaissons l’homme naturel et devenons de meilleures personnes grâce au sacrifice expiatoire de Jésus-Christ, nous devons faire face au changement et l’accepter.

La repentance

N’oubliez pas que nous avons besoin du rédempteur pour nous repentir. La repentance ne vient pas du seul fait de changer son comportement. Pour nous repentir, nous devons ressentir la tristesse selon Dieu, avoir un changement de cœur et demander l’aide du Seigneur Jésus-Christ.

La repentance est un principe joyeux de l’évangile. La repentance n’est pas toujours punitive. Songez au sentiment d’asservissement que nous ressentirions si nous ne pouvions pas nous repentir. »

Ordonnances
« Sans les ordonnances de l’évangile, il serait impossible de nous prévaloir des bénédictions qui découlent du sacrifice expiatoire. Il est impossible d’atteindre l’arbre de vie et de goûter à son fruit ou de recevoir les bénédictions qui viennent du sacrifice expiatoire sans les ordonnances qui permettent d’obtenir ce fruit. Autrement dit, ‘si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu’. »

Ordonnances

Hâter l’œuvre 
« Souvent les membres pensent, à tort, que nous ‘hâtons l’œuvre du Sauveur’. Le Sauveur peut accomplir seul son œuvre. La question qui se pose est de savoir si nous nous repentirons, si nous changerons nos comportements et si nous ferons notre part pendant qu’Il hâte son œuvre. Si nous continuons de faire le travail comme nous l’avons toujours fait, nous ne serons pas préparés.

Hâter l’œuvre 

Certains membres croient que hâter l’œuvre ne vise que le travail missionnaire. Hâter l’œuvre, c’est beaucoup plus que cela. Hâter l’œuvre du salut, c’est un appel individuel à la repentance. Au fur et à mesure que chacun de nous viendra au Christ plus entièrement et plus sincèrement, la lumière qui émanera de nous sera comme un phare pour tous ceux qui cherchent la vérité. Ils viendront à vous et vous poseront des questions, et lorsqu’ils le feront, soyez prêts à leur expliquer pourquoi vous êtes remplis d’espérance. »

Un défi 
« À la fin de sa vie, Jésus a affirmé plusieurs fois à ses apôtres que son temps était proche. Étudiez le Nouveau Testament et recherchez les enseignements du Sauveur après qu’il a dit à ses disciples que son temps était proche. Découvrez ce qui importe le plus au Sauveur. Dressez une liste et concentrez-vous sur ce qui importe vraiment. Je vous invite à faire de même en étudiant 3 Néphi dans le Livre de Mormon. Le Sauveur savait qu’il lui restait peu de temps avec ces gens-là aussi. Sur quoi a-t-il insisté? Concentrez-vous sur ce qui a le plus de valeur. »

Un défi

Nouveau Testament
Livre de Mormon

Commentaires des dirigeants et des membres :

Commentaires des dirigeants et des membres :

Président Thomas Walker, présidence du temple de Vancouver 
« Pendant la réunion des dirigeants de la prêtrise, frère Bednar avait une façon unique d’enseigner; il invitait l’Esprit à nous instruire. Il s’arrêtait souvent pour nous dire que ce n’était pas lui qui nous enseignait, mais plutôt l’Esprit. Certains des frères prenaient beaucoup de notes. Il nous a dit de ne pas prendre de notes sur ce qui était dit, mais de prendre note de ce que l’Esprit nous enseignait. Il enseignait avec l’Esprit et c’était merveilleux. »

Président Thomas Walker, présidence du temple de Vancouver 

Sœur Linda Walker, temple de Vancouver 
Tom and Linda Walker.jpg
Sœur Linda Walker, temple de Vancouver 

« Nous faisons la même chose au temple. Nous ne donnons pas beaucoup d’explications. Nous disons aux gens que c’est la maison du Seigneur et qu’Il aime enseigner lui-même. Nous conseillons vivement aux accompagnateurs de se faire discrets et de laisser l’Esprit enseigner. »

Président Ronald P. Burt, mission de Vancouver 

Président Ronald P. Burt, mission de Vancouver 

« Nous devons parler avec tout le monde. J’ai raconté la fois où j’ai demandé à une dame au restaurant comment elle allait. Elle m’a répondu qu’elle n’allait pas bien et m’a confié que son mari était camionneur et qu’il avait été impliqué dans un accident qui avait causé le décès d’une femme. Je lui ai donné une carte à distribuer et lui ai demandé de partager ‘le cadeau’ avec son mari et de laisser la guérison commencer. »

Sœur Leslie K. Burt, mission de Vancouver 
Burts2.jpg
Sœur Leslie K. Burt, mission de Vancouver 

« Nous devons fortifier nos témoignages. Nous aussi, nous devons parler de l’évangile comme le font les missionnaires. Le temps est venu, frères et sœurs de partager le cadeau que Jésus-Christ nous a offert. Ainsi, nos témoignages deviendront plus forts. Dieu hâte son œuvre. Nous devons faire notre part. »

Logan Branscombe, diacre, première paroisse d’Abbotsford 
Logan Branscombe2.jpg
Logan Branscombe, diacre, première paroisse d’Abbotsford 

« Frère Bednar m’a réveillé! C’est un excellent orateur. Il a raconté qu’il avait discuté avec une personne qui était assise près de lui sur l’avion qui l’amenait ici. Il nous a dit que nous pouvons expliquer l’évangile en parlant de ce que nous apprenons à la Primaire. »

Stacy Vermeeren, membre du Pieu d’Abbotsford
Stacy Vermeeren.jpg
Stacy Vermeeren, membre du Pieu d’Abbotsford

« Nos dirigeants nous ont demandé de nous préparer à entendre le discours de frère Bednar. Ils nous ont demandé d’arriver tôt, de nous asseoir et d’étudier tranquillement les écritures pendant une demi-heure avant la réunion. Frère Bednar a apprécié notre effort pour faire ce qu’on nous avait demandé. Il nous a remercié de nous être préparés à entendre les messages qui devaient nous être livrés et nous a dit que nous devions préparer notre cœur, écouter les messages et mettre en pratique ce qui nous serait enseigné.

Lorsque les réunions ont pris fin, il me semblait que j’aurais pu continuer à écouter. J’étais fatiguée et j’avais faim, mais j’aurais pu continuer à écouter. Je comprends maintenant pourquoi les premiers saints pouvaient rester assis sur des bûches pendant des heures pour entendre le prophète parler. J’ai demandé à Seth, mon fils de dix ans, ce qu’il pensait de la réunion. Il m’a dit qu’il avait tout aimé, que le temps avait passé très vite et qu’il aurait pu continuer à écouter. Ainsi, jeunes et moins jeunes, nous étions tous prêts à boire ces paroles et à en entendre davantage. »

Tous s’entendaient pour dire que c’était un privilège et une bénédiction d’être instruit en personne par un apôtre du Seigneur Jésus-Christ de notre époque.