Sauter le menu général

Rechercher une vie équilibrée

Balance sacle
Donald L. Hallstrom

Je suis heureux de partager ce message avec nos frères et sœurs ainsi que nos amis du Canada. L’Église au Canada est une importante partie de l’Église à l’échelle mondiale. Il y a une riche tradition de foi chez les saints des différentes provinces canadiennes. Je serai toujours reconnaissant de cette influence dans ma vie grâce à mon épouse Diane, qui est née et a grandi au Canada. J’observe maintenant cette force chez nos enfants et nos petits-enfants qui rendent hommage à leur héritage américain et canadien.

Nous vivons dans un monde parfois déroutant. Il peut être difficile pour n’importe qui d’entre nous de mener une vie équilibrée. Il n’y a pas de modèle exact et unique pour tous, et nos propres plans peuvent changer à différentes étapes de notre vie. Pourtant, mener une vie équilibrée, c’est-à-dire accorder suffisamment de temps et d’effort à chaque élément qui nous tient à cœur, est essentiel à notre état probatoire mortel. Certaines responsabilités fondamentales ne peuvent pas être négligées sans conséquences graves.

Quelles sont les éléments essentiels de notre vie? J’en propose quatre : notre amour pour Père céleste et son Fils, l’amour que nous consacrons à notre famille, le service pour le Seigneur et notre travail temporel tout au long de notre vie.

L’amour pour notre Père céleste et son fils Jésus‑Christ. Les écritures parlent avec puissance de ce devoir sacré. « Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? […] Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée » (Matthieu 22 :36-37). « C’est pourquoi, vous devez marcher résolument, avec constance dans le Christ […] et l’amour de Dieu […] » (2 Néphi 31:20).

Notre amour pour Père céleste et son Fils est le fondement de tout. Il améliore tous les autres aspects de notre vie et nous permet de nous aimer nous-même et d’aimer les autres de façon plus complète. Nous ne trouvons de réponses à nos problèmes les plus difficiles que lorsque nous aimons notre Père céleste et Jésus‑Christ et que nous avons foi en eux.

Amour pour notre famille. Dans La famille — Déclaration au monde, il est écrit : « Le mari et la femme ont la responsabilité solennelle de s’aimer et de se chérir et d’aimer et de chérir leurs enfants […]. Les parents ont le devoir sacré d’élever leurs enfants dans l’amour et la droiture […] à observer les commandements de Dieu ». Des prophètes nous ont enseignés que « Aucun autre succès ne peut compenser l’échec au foyer » (président David O. McKay) et « La partie la plus importante de l’œuvre du Seigneur que vous pourrez accomplir sera celle que vous accomplirez dans votre foyer » (président Harold B. Lee).

Pour beaucoup de gens, prendre bien soin de la famille est un des premiers domaines où l’on fait des compromis lorsque d’autres demandes surviennent. Les résultats de la négligence ne sont pas toujours visibles immédiatement. Pour entretenir une bonne relation entre mari et femme, il faut des hommes et des femmes visionnaires et déterminés.

Service pour le Seigneur. Le prolongement naturel de notre amour pour Dieu est notre désir de le servir. « Si tu m’aimes, tu me serviras et garderas tous mes commandements » (Doctrines et Alliances 42:29). Nous pouvons le servir en nous servant les uns les autres. « […] lorsque vous êtes au service de vos semblables, vous êtes simplement au service de votre Dieu » (Mosiah 2:17). Dallin H. Oaks a enseigné : « Le service est un impératif pour les véritables disciples de Jésus-Christ » (Pure in Heart 1988 p. 37). Le temps que nous consacrons au service dans l’Église peut varier au cours de différentes périodes de notre vie selon les appels que nous avons reçus et notre situation familiale. Cependant, nous devons toujours avoir le désir de servir.

Le travail temporel au cours de notre vie. Bien que notre carrière ou notre métier puisse sembler temporel, le travail que nous faisons appuie d’autres aspects de notre vie de nature plus éternelle et peut constituer un service important à autrui (Doctrines et Alliances 29:34). Là encore, on peut trouver des directives claires dans La famille — Déclaration au monde. « Par décret divin, le père doit présider sa famille dans l’amour et la droiture et a la responsabilité de pourvoir aux besoins vitaux et à la protection de sa famille. La mère a pour première responsabilité d’élever ses enfants. Dans ces responsabilités sacrées, le père et la mère ont l’obligation de s’aider en qualité de partenaires égaux. »

Les dirigeants de l’Église ont toujours encouragé fortement les membres à acquérir une bonne éducation, ce qui leur permet de faire des choix en ce qui concerne leur vie professionnelle. Ils ont toujours aussi encouragé l’engagement dans un métier ou une profession honorable qui contribuera à notre vie spirituelle.  

Il ne faut pas négliger ces quatre aspects de notre vie. Il faut y consacrer le temps nécessaire afin que nous puissions devenir de véritables disciples du Christ (Marc 2:17).

Comment pouvons-nous savoir personnellement si notre vie manque d’équilibre? En fait, la plupart de nous le savons. Nous devons simplement l’admettre et faire preuve de discipline pour apporter les changements qui s’imposent, adopter des valeurs plus élevées et de meilleures habitudes pour remplacer celles qui font partie de notre quotidien. Nous devons suivre le conseil de nos prophètes d’agir maintenant avant de causer plus de dommages en ne portant pas assez attention aux autres aspects essentiels de la vie. Nous devons bien comprendre la doctrine directrice, puis faire de notre mieux chaque jour. Nous devons organiser et établir les priorités et vivre dignement pour être guidé spirituellement lorsque nous devons prendre des décisions difficiles. Nous demandons souvent conseil à ceux qui sont les plus près de nous.

De temps à autre, notre vie peut être en déséquilibre pour une brève période lorsqu’il faut mettre la priorité sur des besoins immédiats dans une partie de notre vie. Lorsque cela se produit, nous devons faire un effort conscient pour résoudre le problème et tenter de rétablir la stabilité dans notre vie le plus rapidement possible avant que la de passer d’une solution à court terme à un périple à long terme.

Lorsque notre vie manque d’équilibre, nous avons un choix. Nous pouvons attendre pour apporter des changements et subir la tragédie de l’échec au foyer ou ressentir la peine causée par la perte de notre propre spiritualité, ou nous pouvons porter attention aux murmures constants de l’Esprit qui nous rappelle qu’il faut apporter les changements nécessaires. Chercher l’équilibre entre les principales responsabilités de la vie est une tâche préparatoire au salut. Pour encourager notre effort constant, voici le conseil qu’on nous donne : « […] il est nécessaire qu’il soit diligent, afin qu’il remporte ainsi le prix […] » (Mosiah 4:27). Je témoigne que cela est possible, et le prix c’est « […] la vie éternelle, don qui est le plus grand de tous les dons de Dieu » (Doctrines et Alliances 14:7).