Sauter le menu général

L’Esprit et le gros camion rouge

le gros camion rouge

Très tôt au début de ma mission, à peine deux ou trois mois après mon arrivée, ma compagne formatrice, sœur Dyer, et moi avons été transférées ensemble dans un nouveau secteur. Cela signifiait bien sûr que ni l’une ni l’autre n’avions été dans ce secteur auparavant. Nous ne connaissions pas la région. Je commençais tout juste à m’habituer à la vie missionnaire, mais c’était encore étrange pour moi, car j’étais dans un tout nouveau secteur et sœur Dyer et moi devions repartir à zéro.

J’ai toujours eu de la difficulté à reconnaître les chuchotements de l’Esprit. C’est un apprentissage que nous faisons tous au fil de notre progression lorsque nous tentons de développer une plus grande confiance en notre Père céleste. C’est à peu près ce que j’essayais de faire au début de ma mission. J’essayais vraiment de suivre l’Esprit. Je ne savais simplement pas comment reconnaître ses inspirations.

Sœur Dyer était incroyable. Elle était tellement connectée à l’Esprit et suivait remarquablement ses chuchotements. Elle était pour moi un merveilleux exemple et je pouvais apprendre beaucoup d’elle.

Dans un message qu’elle a donné lors d’une veillée du DEE pour les jeunes adultes à l’Université Brigham Young en Idaho en mars 2014, Linda K. Burton, présidente générale de la Société de Secours a dit ceci : « Pourquoi est-ce si difficile de discerner les chuchotements de l’Esprit? Peut-être qu’une des raisons est que l’Esprit communique à notre esprit et à notre cœur. Quand nous apprenons la langue de l’Esprit, nous confondons parfois nos propres pensées et nos propres émotions avec les murmures de l’Esprit. Une autre raison est que discerner l’Esprit est un don spirituel. De la même façon qu’il est plus facile pour certains d’apprendre une langue, nous n’avons pas tous la même capacité à comprendre les chuchotements de l’Esprit. Le plus souvent, apprendre un instrument ou une langue demande de gros efforts, notamment de répétition, et parfois on commet des erreurs. Il en est de même pour le processus d’apprentissage de la langue de l’Esprit. (Accorder notre cœur à la voix de l’Esprit, Linda K. Burton.)

Voici comment, en faisant attention à ce que je ressentais et en suivant l’exemple de ma formatrice, ces difficultés ont commencé à changer pour moi.

Un jour, pas très longtemps après que nous sommes arrivées dans la région, nous avions prévu faire du porte à porte sur une rue en particulier. Nous n’y sommes jamais allées toutefois. Nous avons commencé à marcher dans cette direction, mais sœur Dyer a proposé que nous nous arrêtions et que nous allions frapper à quelques portes.

C’est ce que nous avons fait, et nous avons eu une bonne discussion avec une dame. Sœur Dyer a dit que peut-être nous avions été envoyées là pour planter une graine dans son cœur, même si elle ne voulait pas que nous revenions. Nous sommes reparties et à certains moments, sœur Dyer se sentait inspirer à prendre une certaine direction.

Finalement, nous sommes arrivées sur une rue qui nous inspirait et sœur Dyer a dit : « Ok, nous allons frapper à la porte de ces cinq maisons, jusqu’à celle où il y a un gros camion rouge ». Une pensée est venue à mon esprit, la seule personne qui ouvrirait la porte serait celle qui habitait la maison où il y avait le gros camion rouge.

Nous avons donc commencé à frapper aux portes des maisons sur cette rue et, comme je l’avais pensé, personne n’était à la maison sauf le propriétaire du gros camion rouge. Il s’appelait Doug. Il est sorti et a dit : « Pourquoi êtes-vous ici? Qu’est-ce que vous faites? »

Nous avons commencé à lui répondre, mais il nous a arrêtées et a dit : « Attendez un peu! ». Il est entré dans la maison et est ressorti après avoir mis ses souliers. Il s’est assis et pendant une heure, il nous a posé des questions sur ce que nous enseignions, il était vraiment intéressé.

Ce fut une expérience qui m’a beaucoup appris sur la puissance de l’inspiration de l’Esprit.

Quelques jours plus tard, nous marchions et encore une fois, nous avions prévu faire du porte à porte sur une rue en particulier, mais je n’avais pas une bonne intuition à propos de cette rue. Je sentais que nous devions aller voir Doug, mais je n’avais pas l’impression que nous devions aller vers sa maison, mais plutôt vers l’endroit prévu sans toutefois y faire du porte à porte. J’étais très confuse. Je ne comprenais pas ce que l’Esprit essayait de me dire, et je ne voyais pas comment nous pourrions voir Doug en allant dans cette direction.

Nous avons décidé de suivre notre première idée et ce faisant nous avons emprunté la route principale dans ce secteur.

Pendant que nous marchions, un gros camion rouge est passé près de nous et le conducteur s’est mis à klaxonner. Pendant un instant, nous étions toutes les deux confuses puis nous nous sommes souvenu que Doug avait un gros camion rouge. Nous avons regardé de nouveau, c’était Doug.

Ainsi, nous avons vu Doug et nous n’avons pas fait de porte à porte sur la rue où nous avions prévu aller. Tout semblait clair quant à la raison pour laquelle j’avais eu ces impressions.

Matthew Holland, le fis de frère Jeffrey R. Holland du Collège des douze apôtres a enseigné que [traduction] « Parfois, en réponse à nos prières, le Seigneur nous guide vers ce qui peut nous sembler le mauvais chemin, ou du moins dans une direction que nous ne comprenons pas. Ainsi, au bon moment, il peut nous amener fermement et sans question sur le bon chemin. Bien sûr, il ne nous mènerait jamais sur la voie du péché, mais il peut nous guider vers quelque chose qui nous permettra de vivre une expérience utile. » (Matthew Holland, “Wrong Roads and Revelation”) en anglais seulement

Je crois que ce que j’ai appris de plus important c’est que si nous sommes prêts à faire ce qu’il faut, Père céleste nous guidera vers ceux qui ont été préparés, même si ce n’est pas de la façon que nous l’aurions pensé. Cette expérience m’a vraiment aidée à mieux reconnaître les chuchotements de l’Esprit, et c’est arrivé d’une façon très sympa.

Frère Jeffrey R. Holland a témoigné : [traduction] « J’ai la connaissance certaine et absolue, une connaissance parfaite que Dieu nous aime. Il est bon. Il est notre Père. Il veut nous voir prier, avoir confiance, avoir la foi; il ne veut pas nous voir abandonner, paniquer, baisser les bras et nous éloigner de Lui lorsque les choses ne semblent pas aller comme elles le devraient dans notre vie. Nous devons persévérer, faire des efforts. Nous devons continuer de croire.

Ne perdons pas confiance, restons sur la voie droite et étroite et nous pourrons connaître le bonheur d’être dans ses bras, de sentir son amour et de l’entendre nous dire ‘je t’avais dit que tout irait bien’ ». (Jeffrey R. Holland, “Wrong Roads') en anglais seulement

Doug était si pris par son travail que nous n’avons jamais pu le revoir, mais je sais que nous avons planté une graine qui n’était pas là avant, et je suis reconnaissante pour la leçon que j’ai apprise en suivant les chuchotements de l’Esprit.

Liens : http://canadafr.lds.org/un-pas-vers-la-verite

http://canadafr.lds.org/jirai-la-ou-tu-veux-que-jaille

Linda K. Burton
Sister Missionaries
Holland's Decision
Holland and Son