Sauter le menu général

La seule réponse

La seule réponse
Le matin du 7 janvier 2015, presque tous les habitants de la planète étaient sous le choc et attristés lorsqu’ils ont appris que 12 personnes avaient été tuées et beaucoup d’autres avaient été blessées dans les bureaux du directeur du journal satirique Charlie Hebdo à Paris, en France. Un groupe terroriste, qui se définit comme étant islamiste, a revendiqué l’attaque. On rapporte que des millions de gens se sont rassemblés pour manifester contre l’attaque. Le slogan « Je suis Charlie » a été utilisé lors des rassemblements et dans les médias sociaux. En signe de protestation, beaucoup de médias ont reproduit le matériel offensant.  
SpackmanGL_1318[1].jpg

Une partie du message des manifestants est claire : en aucun cas la violence physique est une réaction acceptable, peu importe la gravité de l’agression verbale. Depuis ces attaques, j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs dirigeants musulmans et de discuter de ces meurtres afin de comprendre leurs sentiments à cet égard. Comme je le pensais, ils étaient unanimement contre les attaques et très tristes que leur religion, qui prêche la paix et l’harmonie, soit utilisée pour justifier ces crimes et d’autres actes de violence. Toutefois, ils ont exprimé leur profonde tristesse de voir leur vénéré prophète Mohamed traité avec si peu de respect. Ils comprennent la colère ressentie, mais n’approuvent pas la violence. Cet événement n’est qu’un exemple de ce qui semble une lutte constante pour trouver l’équilibre entre les sensibilités religieuses et la liberté d’expression. 

Un ami juif m’a demandé si je croyais qu’il y avait une solution à cette haine et à cette violence constantes. Il a affirmé avec un sentiment d’impuissance que malheureusement les tensions au Moyen-Orient et ailleurs duraient depuis des siècles et que personne n’avait réussi à y mettre fin. J’ai répondu que je croyais que la réponse se trouvait dans la parole de Dieu et que, bien qu’il puisse être difficile de l’appliquer, c’est la seule solution. 

Cette réponse se trouve dans les paroles de Moïse dans Lévitique 19 : 18 : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », et aussi dans les paroles de Jésus rapportées dans Mathieu 7 : 12 : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux ». On la trouve également dans le Coran, au chapitre 13 : 22 « […] repoussent le mal par le bien ». Ces versets traduisent le principe de l’amour que l’on appelle souvent « La règle d’or ». Ce conseil peut sembler trop simple pour ces problèmes profondément enracinés, mais la Règle d’or est et sera efficace parce qu’elle vient de Dieu. 
The Only Answer.jpg

On dit que lorsqu’on essaie de trouver des solutions aux affaires compliquées du monde, il peut être bon de comparer la situation à quelque chose que nous pouvons comprendre, par exemple les relations entre les humains et les relations entre les membres d’une famille.

Voici un exemple : deux cousins âgés de moins de deux ans jouaient ensemble quand soudain le petit Jérôme a mordu sa cousine Maggie. Maggie s’est mise à pleurer et les parents sont venus pour voir ce qui se passait. Après avoir posé quelques questions et fait d’autres observations, les parents ont découvert que Maggie, dont le langage était un peu plus développé, avait dit des choses qui n’avaient pas plu au petit Jérôme. C’est pourquoi, comme il était frustré et qu’il avait plus de difficultés à s’exprimer, il avait mordu sa cousine. Les parents des deux enfants ont profité de cette occasion pour enseigner une leçon à leur enfant. Les parents de Jérôme lui ont dit : « Tu ne dois pas mordre ni frapper Maggie même si tu es fâché à cause de ce qu’elle fait ». À Maggie, ses parents ont dit « Sois gentille avec ton cousin, ne dis pas des choses qui vont lui faire de la peine ». Il est clair que ces mêmes conseils pourraient être donnés dans n’importe quelle famille, peu importe l’appartenance religieuse. Dans ce cas, les deux enfants ont continué à jouer ensemble, et aujourd’hui, des dizaines d’années plus tard, ils sont les meilleurs amis. Le problème a été résolu très tôt en enseignant la Règle d’or, mais nous avons tous été témoins de querelles semblables qui sont devenues des conflits pendant toute une vie. 

Comment donc est-il possible d’appliquer chaque jour le bon sens et la sagesse de Dieu à ce qui semble des affaires internationales complexes? À ceux qui se sentent offensés, je dirais que la violence n’est pas la solution, peu importe le caractère haineux du discours. On dit qu’on peut seulement être victime d’une offense, on ne peut l’infliger. Nous décidons d’être offensés. Les êtres humains qui ont un contrôle sur eux-mêmes peuvent décider d’être s’offensés ou non. Certaines personnes semblent prendre plaisir à s’offusquer, car elles cherchent une excuse pour être fâchées et s’en prendre à quelqu’un. Elles tirent une certaine satisfaction de leur colère. Elles aiment être en colère, cela leur donne la poussée d’adrénaline qu’elles recherchent. 
The Only Answer.Spackman.photo.children playing.jpg

À ceux qui font des commentaires désobligeants pour envenimer une situation, je dirais que l’autocensure fait partie du développement d’une société saine. Je suis bien d’accord que nous ne devrions pas sentir le besoin de nous autocensurer par peur de nous exprimer, nous devrions toutefois le faire parce que c’est bien de le faire. Nous devons tous apprendre à faire preuve de bonté. Les deux parties doivent trouver des moyens de se comprendre mutuellement. Si nous sommes assez disciplinés pour nous autocensurer pour les bonnes raisons, des miracles peuvent se produire. Mieux encore que de ne pas être ennemis, nous pouvons devenir les amis des personnes avec lesquelles nous ne sommes peut-être pas d’accord. La Règle d’or nous permet d’atteindre un niveau plus élevé : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » (Mathieu 5 : 44)

Il y a des personnes qui se démarquent ou qui sont des exemples que nous pouvons suivre : 
1. Corrie ten Boom http://fr.wikipedia.org/wiki/Corrie_ten_Boom
2. Réaction des mormons à la satire https://www.commentarymagazine.com/2015/01/07/mormons-benghazi-charlie-hebdo/ (en anglais seulement)
3. Louis Zamperini (Invincible) https://m.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sJqn8Q8fqIs (en anglais seulement)




La liberté d’expression est un élément essentiel d’une société libre. Toutefois cette liberté s’accompagne de la responsabilité de faire preuve de gentillesse et de respect si l’on veut avoir une société respectueuse et paisible. Établir une société libre est une aspiration noble et digne, mais une ambition encore meilleure est d’avoir une société libre où les citoyens utilisent cette liberté pour s’édifier les uns les autres. La satire peut être drôle et sembler instructive, mais elle peut aussi être utilisée à des fins haineuses et destructrices. Nous avons tous entendu quelqu’un dire quelque chose de méchant ou de désagréable et affirmer ensuite « C’est une blague » ou « Tu ne peux pas apprécier une plaisanterie? » alors que la personne devrait dire « Je suis désolée, je n’aurais pas dû dire ça ». Quand la satire devient-elle destructive plutôt qu’instructive? Lorsqu’elle est exprimée ou reçue avec haine plutôt qu’avec amour. Une forme d’expression peut être à la fois drôle et haineuse. La satire reflète souvent de la haine exprimée avec humour. 

La plupart des religions dans le monde enseignent l’amour et le respect dont il est question ici. Je crois que la religion peut édifier des personnes et même une société entière et lui permettre d’atteindre un niveau plus élevée, surtout lorsque les gens sont libres de choisir. Une société libre permet à ses citoyens de choisir d’être à leur meilleur….ou à leur pire. Une société libre où il y a liberté d’expression et liberté de religion donne à ses citoyens la possibilité de choisir de s’aimer et de se respecter les uns les autres ou de choisir d’haïr en toute liberté. Ceux qui choisissent d’haïr pourront dire presque tout ce qu’ils veulent et ils seront protégés, mais avec les lois, on tentera de les empêcher d’infliger de la violence physique ou d’en être victime. Toutefois, une personne qui ne limite ce qu’elle dit qu’en fonction de ce que la loi permet s’abandonne à la haine et restreint sa capacité de s’élever à un niveau supérieur. Serait-il possible d’avoir des lois contre les crimes haineux plus strictes qui permettraient de tout contrôler? Probablement, mais une société qui est trop contrôlée, même si c’est par des gens bien intentionnés, par exemple par une secte religieuse dominante ou un dogme politique, restreindra la possibilité pour ses citoyens de choisir librement quoi dire et comment agir. Une société libre est bien meilleure parce que ses citoyens sont libres de devenir le genre de personnes qui choisissent de vivre selon la Règle d’or.  

Nous pouvons croire qu’il est difficile de vivre selon la Règle d’or et que cela peut même être irréaliste, mais cette démonstration d’amour est la seule solution. Comme l’a dit le Christ à propos de la Règle d’or dans Mathieu 7 : 12 : « car c’est la loi et les prophètes » ou en d’autres mots « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux », ce qui résume tout ce que Dieu a enseigné.