Sauter le menu général

Histoire de l’Église au Canada : Jesse Knight et la fondation de Raymond, en Alberta

Histoire de l’Église au Canada : Jesse Knight et la fondation de Raymond, en Alberta
En 1901, président Lorenzo Snow a envoyé un « message au monde » dans lequel il demandait aux membres de l’Église de Jésus‑Christ des Saints des Derniers Jours d’utiliser leurs biens pour donner du travail aux ouvriers. Il leur disait : « Déverrouillez vos coffres-forts, ouvrez vos bourses et créez des entreprises qui donneront du travail aux chômeurs…Rendez les autres heureux et vous serez vous-même heureux. » [Traduction] (“Greeting to the World”, President Lorenzo Snow, delivered at The Centennial Services, Tabernacle, Salt Lake City, January 1, 1901.)
Knight Photo
Jesse Knight étaient parmi ceux qui ont entendu ce message, un des quelques magnats de l’industrie minière et membres de l’Église dans l’Ouest de l’Amérique au XIXe siècle. Il était le fils de Newel Knight, un ami intime de Joseph Smith et un des premiers membres de l’Église lors de son établissement en 1830. Son second mariage, avec Lydia Goldthwaite, a été le premier à être célébré par Joseph Smith.
Knight Photo

Après avoir migré en Utah avec sa famille et les premiers pionniers, il est devenu l’un des fondateurs de l’industrie minière en Utah et un homme très riche.

Jesse Knight était connu comme un philanthrope. Ses dons généreux à l’Université Brigham Young lui ont mérité une réputation de « saint patron de BYU ». Il a également fait des dons à l’Église de Jésus‑Christ des Saints des Derniers Jours et a contribué à beaucoup de projets liés à l’église. Il a aussi fait sa part pour sauver de la faillite l’Église, qui était impliquée dans des batailles juridiques avec le gouvernement fédéral concernant le contrôle du territoire de l’Utah.

Dans ses écrits, il exprimait sa conviction que son argent devait servir à faire du bien et à contribuer à la croissance de l’Église dont il était membre. Il voyait cela comme la gestion de biens qui lui avait été confiée. Comme il l’a déjà dit : « La terre est la banque du Seigneur, personne n’a le droit d’y prendre quoi que ce soit pour l’utiliser de façon extravagante pour son propre bénéfice. » Le conseil donné par président Snow rejoint tout à fait la vision de Jesse.

Se souvenant que les dirigeants de l’Église avaient encouragé les membres à acheter des terres en Alberta, il a envoyé deux de ses fils, Raymond et Will, pour explorer les lieux. Pendant qu’ils se trouvaient là, les jeunes hommes sont entrés en contact avec l’honorable C. A. Magrath, un membre du Parlement canadien impatient de leur vendre des terres.
Knight Photo
La famille a convenu d’acheter 30 000 acres près de Spring Coulee (235 km au sud de Calgary) pour 2,50 $ l’acre. Sur ces terres, il a établi un ranch encore exploité aujourd’hui (le Knight Ranch) et qui, à son apogée, comprenait 400 000 acres. Il y a eu ensuite une autre entente visant l’achat de 4 000 têtes de bétail pour paître sur ces abondants pâturages. Ce bétail s’est accru par la suite à 15 000 bovins et 40 000 moutons.
Knight Photo

Voyant tout le potentiel qu’offrait le pays, Jesse a négocié un autre marché avec la Canadian Northwest Irrigation Company et l’Alberta Railway & Irrigation Company pour l’achat de 226 000 acres supplémentaires pour la culture de la betterave à sucre et a commencé à construire une usine de transformation de ce produit.

Après la signature de l’entente, un lotissement a été arpenté et la ville de Raymond a vu le jour, le nom du fils aîné de Newel. « Jesse Knight a insisté pour que la charte de la ville contienne une disposition de mise sous séquestre de façon à ce que si quelqu’un y établissait un lieu de vente d’alcool, une maison de jeux ou une maison close, la propriété lui serait alors confisquée ». Parmi les premiers édifices construits par Jesse Knight à Raymond, il y avait une église et une école. Son fils Will a été appelé comme évêque, le premier à Raymond. En cinq ans, plus de 1 500 membres de l’Église, la plupart venant d’Utah, avaient immigré à Raymond.
Knight Photo

Un ami avec qui il avait partagé un repas après que tous ses employés soient allés au lit a raconté que Jesse Knight avait dit : « J’aimerais pouvoir aller me coucher comme les hommes l’ont fait, mais je ne peux pas ça tant que je n’ai pas planifié du travail à leur faire faire demain. Toute ma vie j’ai essayé de planifier mon travail. »

La culture de la betterave à sucre dans le climat difficile des prairies s’est révélée tout un défi pour les gens venant d’Idaho et d’Utah. C’était une culture que la plupart ne connaissait pas et il y avait beaucoup de concurrence de la part des compagnies de raffinerie de sucre de Vancouver. C. A. Magrath affirmait que « Ça prend de vrais pionniers, des gens courageux, ingénieux et dotés d’un bon jugement pour faire face à des problèmes comme ceux auxquels sont confrontés les colonisateurs de l’Alberta, au Canada, mais il faut admettre tout en l’honneur de ceux qui ont été prudents, ils sont prospères. »
Knight Photo

Jesse Knight suivait les conseils des dirigeants de l’Église. Il a fait tout ce qu’il pouvait pour promouvoir la colonisation, l’emploi et la droiture. Il a contribué à la colonisation du sud de l’Alberta, un endroit où les membres de l’Église pouvaient pratiquer leur religion et prospérer. En rendant d’autres personnes heureuses, il a trouvé le véritable bonheur pour lui-même.

Liens : (tous en anglais seulement)