Sauter le menu général

Battue, violentée et maltraitée… et guérie

Banner photo

J’ai grandi dans un foyer très pieux où les règles étaient très strictes. Je connaissais bien la Bible. J’avais abandonné la foi de mon enfance à l’âge de 15 ans, mais je croyais encore fortement en Dieu et au pouvoir de la prière, et c’est ce qui allait m’aider à passer au travers de ce que j’allais vivre.

Pendant bien des années, j’ai vécu une relation conjugale très abusive. Nous avions sept enfants. Je luttais pour me débrouiller et pour garder ma famille ensemble. J’ai souffert de dépression à cause de l’abus dont j’étais victime tous les jours. Je suppliais Dieu de m’aider. Je pleurais presque chaque soir dans mon lit, suppliant Dieu de m’aider.

Au fil des ans, j’ai continué à prier, même si je pensais souvent que mes prières n’étaient pas entendues. Je me sentais désespérée, je n’avais pas d’argent, mais beaucoup d’enfants, un mariage en difficulté, un mari abusif et je vivais très loin de ma famille. Je n’avais pas d’ami, littéralement aucun ami.

Hands Clasp

Puis, une nuit, mon mari à l’époque, un chauffeur de camion-remorque, m’a téléphoné et m’a parlé d’un appel qu’il venait de recevoir. Il m’a expliqué que c’était un homme et une femme et que la dame avait invité toute notre famille à aller souper ce soir-là.

Nous avons tous les deux trouvé cela extrêmement étrange, car à Vancouver, on ne peut pas juste faire confiance aux gens, alors encore moins recevoir une bande d’étrangers chez soi, mais elle lui a donné son numéro de téléphone et il m’a dit de l’appeler.  

Quelque chose m’a poussée à le faire alors j’ai téléphoné et elle m’a dit de venir chez elle. Il me restait très peu d’essence dans ma voiture (l’aiguille indiquait vide), Je n’avais pas un sous, mais j’ai fait monter mes enfants dans la voiture et nous nous sommes rendus dans le nord de Vancouver, toutefois pendant tout le trajet j’étais inquiète, car j’avais peur de manquer d’essence. Cependant, on nous offrait un repas gratuit et j’allais rencontrer des gens positifs, ce dont j’avais désespérément besoin.

Nous sommes arrivés, mon mari était déjà là, et tous les neuf, de purs étrangers, nous étions là à sa porte.

Elle nous a accueillis à bras ouverts et nous a présenté deux missionnaires de l’Église de Jésus‑Christ des Saints des Derniers Jours. Je me suis sentie bénie et j’étais reconnaissante, même si j’étais vraiment inquiète, car je n’avais plus d’essence pour retourner à la maison. Lorsque nous sommes partis, l’indicateur de niveau d’essence de ma voiture était au quart du réservoir.  

C’est quelque chose que je n’oublierai jamais. Toute cette journée avait été un mini miracle.  

Cette sœur m’a donné le numéro de téléphone des deux sœurs missionnaires du secteur où je vivais. Très rapidement, j’ai décidé d’essayer de quitter mon mari et de m’installer plus près de la résidence de mes parents. Je n’avais personne pour m’aider, mais soudainement, deux sœurs sont venues et m’ont aidée à empaqueter tout ce qu’il y avait dans la cuisine. Elles ont informé l’évêque de la ville où je déménageais que j’étais en route. Je ne m’attendais à rien, mais à ma grande surprise, lorsque je suis arrivée, beaucoup de gens étaient déjà là pour m’aider à tout décharger. Une sœur avait même apporté quelque chose pour le souper.

Peu de temps après, deux jeunes missionnaires sont venus chez moi. Nous nous sommes rencontrés souvent et j’avais toujours plus de questions. C’était comme si j’essayais de les mettre à l’épreuve. Je leur envoyais des messages textes à toute heure du jour et de la nuit, pour poser des questions et avoir des réponses. Ils m’ont dit de prier et de demander si le Livre de Mormon était vrai. Je me suis dit qu’ils étaient fous, mais j’ai répondu que j’essaierais.

À ce moment-là, je priais toujours pour que Dieu me vienne en aide.

Deux mois plus tard, j’ai reçu réponse à mes prières de façon très effrayante. Un matin très froid de novembre, mon mari est entré par effraction dans ma maison. Essayant de ne pas empirer la situation, je l’ai laissé me parler et j’ai essayé de le calmer, mais je n’y suis pas arrivée et il est devenu violent physiquement. Au beau milieu de cet incident, quelqu’un a frappé à la porte. C’était la police. Ils avaient été mis au courant, je ne sais pas trop comment, et ils ont arrêté mon mari. 

J’étais gravement blessée, mais je devais tenir le coup. Mes enfants n’avaient que moi sur qui compter, ils n’avaient personne d’autre. Mon père est venu et a pris les enfants pendant que je recouvrais ma santé et ma stabilité.   

Quelques jours après l’incident, j’ai supplié les missionnaires de me laisser venir à la chapelle. Je n’étais jamais entrée dans un bâtiment d’une église, encore moins dans la chapelle, mais je ressentais fortement que je devais y aller. Ils m’ont dit qu’il y aurait bientôt un souper de Noël et que j’étais la bienvenue. C’était l’occasion parfaite, mais je n’y allais pas pour manger. 

Foyer

Je suis entrée dans la chapelle et j’ai trouvé mes deux missionnaires. Ils se sont assis avec moi et j’ai éclaté en sanglots à l’arrière de la chapelle. Me sentant attirée, je me suis levée et me suis avancée à l’avant de la chapelle, puis je me suis agenouillée et j’ai crié, demandant à Dieu pourquoi il m’avait abandonnée, pourquoi il m’avait oubliée. J’avais essayé de mener une bonne vie, pourquoi me laissait-il seule? J’étais si faible que je suis tombée sur le côté en criant très fort « J’ai besoin de toi ». Je suis restée étendue sur le sol et j’ai pleuré comme un enfant. Il me semblait que j’avais vraiment perdu tout ce que j’avais toujours aimé. 

Puis, j’ai entendu une voix qui me disait que tout irait bien et que mes enfants me seraient rendus. On m’a dit de me lever et d’aller manger, mais je ne pouvais pas. J’ai essuyé mes larmes et je suis quand même allée dans le gymnase. En ouvrant la porte, mes yeux sont tombés sur la seule personne qui se trouvait là et que je connaissais, la femme qui avait apporté à manger lorsque j’avais emménagé. J’ai éclaté en sanglots encore une fois. Des sœurs se sont précipitées vers moi et m’ont menée vers une table.  

Lorsque je leur ai expliqué ce qui m’était arrivé, elles m’ont guidée vers une autre sœur de la paroisse qui travaillait avec des femmes et des enfants victimes de violence et qui essayaient de s’en sortir. C’était un cadeau envoyé directement par Père céleste. Elle m’a épaulée chaque jour pour les épreuves qui ont suivi, la cour, les larmes et les travailleurs sociaux.

Je suis devenue plus forte en réalisant que Dieu est très réel et qu’il sait que j’ai besoin de lui. À ce moment-là, Il était tout ce qui me soutenait, et il mettait directement sur ma route des gens qui pouvaient m’aider.

Je n’étais pas guérie, mais je guérissais.

C’était bientôt janvier, une autre audience à la cour approchait et je me préparais au pire. Un matin, le téléphone a sonné. C’était une travailleuse sociale qui m’informait que mes enfants allaient revenir à la maison. Elle a dit qu’ils n’avaient trouvé aucune raison pour garder les enfants loin de moi, que j’étais une excellente mère et qu’il était clair qu’il y avait un lien très fort entre moi et les enfants.  

Daughter Baptism
Son 2 baptism
sons baptism

Finalement, j’ai décidé de retourner vivre dans la maison de mes parents, de refaire ma vie en tant que mère monoparentale et de vivre joyeusement ma vie comme membre de l’Église, mettant ma foi dans les mains de Dieu à chaque pas. Mes trois aînés ont décidé d’être baptisés. Les plus jeunes n’ont pas encore huit ans.  

J’ai appris que nous n’avons jamais vraiment le contrôle et que nous devons apprendre à donner le contrôle à Dieu et lui permettre de nous guider. J’ai aussi appris que Dieu ne nous abandonne jamais, mais que parfois c’est nous qui nous nous éloignons de lui. 

Amanda Wedding

Je suis maintenant remariée à un homme très gentil et aimant. Je lui ai expliqué clairement dès le début que j’étais très forte dans ma foi. Il a pris le temps d’apprendre et d’étudier et il est maintenant un membre actif de l’Église et un détenteur de la Prêtrise de Melchisédek. Il nous traite moi et les enfants comme un trésor. Il nous respecte, il nous enseigne et il nous guide. Il est mon meilleur ami. Nous avons hâte de pouvoir être scellés au temple pour le temps et l’éternité.

Amanda and Douglas

Je ne pensais jamais que Dieu entendrait mes prières, mais il m’a donné beaucoup plus que ce que j’ai demandé. Notre Père céleste est très réel et il nous aime tellement. Je me sens très forte et très reconnaissante de sentir les bras de son amour autour de moi.