Sauter le menu général

Sois un ami – Sauve une vie

Holding hands

Sœur Stephanie Sellers :

J’ai été élevée dans un foyer très instable et j’ai vu beaucoup de choses que je ne comprenais pas entièrement. Au fil du temps, j’ai commencé à me demander pourquoi les choses étaient comme elles l’étaient. Pourquoi je devais souffrir autant alors que d’autres ne semblaient pas avoir ce problème? Pourquoi Dieu me faisait-il ça?

J’ai grandi dans une famille membre de l’Église presbytérienne, alors croire en Dieu n’était pas si étrange pour moi, mais il m’était un peu plus difficile de comprendre un Dieu qui, à mon avis, m’avait laissée seule pour affronter des situations très effrayantes.


 

2-be-a-friend-mom-sister-stephanie

Ce n’est qu’au décès de mon père quand j’avais 16 ans que je me suis sentie vraiment perdue. J’ai gardé ces sentiments de colère et de ressentiment profondément enracinés pendant bien des années. J’étais fâchée et renfermée, et je n’avais aucune idée de la façon dont je pouvais me rapprocher des gens.

Lorsque quelqu’un tentait de franchir le mur que j’avais érigé autour de moi, je me sauvais immédiatement, car j’ignorais tout à fait ce que c’était d’être aimée adéquatement. Pour moi, l’amour c’était la douleur, la violence et l’abandon. L’amour était amertume, jalousie et vacarme. L’amour était à craindre, car il vous blessait.  

J’ai rencontré les missionnaires lorsque j’avais 23 ans et, même alors, je ressentais toujours cette colère et j’étais confuse. Cependant, ces missionnaires m’avaient été envoyés pour me sauver la vie. Dès que je les ai rencontrés, je savais qu’il y avait quelque chose de très spécial et de rare à leur sujet, et je voulais savoir ce que c’était.


 

Elder Sanders

Elder Jacob Saunders :

Mon compagnon, Elder Nathan Baird, et moi attendions l’autobus à Waterloo, en Ontario, car nous devions rencontrer quelqu’un à l’université. Nous avons vérifié à quelle heure l’autobus devait arriver et nous avons constaté que nous avions environ 30 minutes devant nous.

Nous avons décidé de marcher un peu et de parler aux gens sur la rue jusqu’à ce que l’autobus arrive. C’était le début d’un des plus grands miracles que j’ai jamais vus.


 

Elder Baird

Pendant que nous marchions, nous avons rencontré Stephanie Sellers qui attendait à un arrêt d’autobus tout près. Elder Baird était en formation à ce moment-là, et j’essayais de lui donner autant d’occasions que possible d’acquérir de l’expérience, alors je l’ai laissé prendre l’initiative de ce contact lorsque nous sommes allés vers elle.

Lorsqu’Elder Baird a dit : « Nous aimons beaucoup nous faire de nouveaux amis, alors nous nous promenons et nous parlons aux gens aujourd’hui », ces paroles ont suscité l’intérêt de Stephanie. En fait, c’était exactement ce dont elle avait besoin, de bons amis.

Sœur Sellers :

Je me suis dit que je n’allais joindre aucune église, mais je me sentais attirée par ces deux personnes. J’ai commencé à les rencontrer, mais je leur ai dit que je ne prierais pas et que je n’irais pas à l’église. Toutefois, lorsqu’ils m’ont donné une copie du Livre de Mormon à lire, j’ai pensé que ça, je pouvais le faire. Je me suis dit que c’était seulement par curiosité, qu’un livre ne pouvait pas me faire de mal, mais je n’avais aucune idée à quel point ce livre bouleverserait ma vie. 

Elder Saunders :

J’ai terminé la conversation en lui parlant un peu de notre but en tant que missionnaires, et je lui ai demandé si nous pouvions la revoir pour lui en apprendre davantage. Elle a accepté et nous avons échangé nos numéros de téléphone. Je n’avais aucune idée de ce que le Seigneur nous réservait à elle et à nous.

Dans les semaines qui ont suivi, nous avons eu beaucoup de discussions dirigées par l’Esprit.  

Il a fallu des efforts pour l’amener à prier, mais avec le temps, elle a pu voir la joie qu’apportait la possibilité de communiquer avec notre Père céleste.

Sœur Sellers :

Après quelques leçons, j’ai décidé de prier pour la première fois. J’ai choisi de le faire seule, sans l’aide des missionnaires. J’ai ouvert mon cœur à Dieu et je lui ai posé toutes les questions que j’avais gardées en moi pendant bien des années.

Je lui ai demandé si le Livre de Mormon et l’Église étaient vrais.  

Vers le milieu de ma prière, je pleurais si fort que j’avais de la difficulté à m’exprimer. J’ai d’abord été confuse par cette réaction. Je ne croyais pas que c’était l’Esprit que je ressentais, je croyais seulement que j’étais triste, mais maintenant, quand j’y repense, je peux mieux décrire cette réaction comme un soulagement. Pour la première fois de ma vie, je savais que je n’avais pas à porter seule toute cette tristesse.

Stephanie

C’était comme si Père céleste m’avait prise dans ses bras; il a pleuré avec moi et il a souri avec moi. Je savais que je n’étais plus seule et c’était le sentiment le plus merveilleux et le plus troublant que j’avais jamais ressenti.

Après ce soir-là, j’ai commencé à rencontrer les missionnaires avec plus de ferveur, essayant de comprendre ce qu’était cette Église.

Elder Saunders :

Stephanie a commencé à venir à la chapelle et elle aimait vraiment ça, mais elle allait devoir prendre une des décisions les plus difficiles de sa vie.

Elle était en formation pour son premier emploi. Elle avait cherché ardemment depuis qu’elle avait obtenu son diplôme universitaire et elle avait enfin trouvé un emploi, mais il lui fallait travailler les fins de semaine, ce qui signifiait qu’elle ne pourrait plus venir aux réunions du dimanche.

Elle a prié, elle a jeûné et elle a étudié le Livre de Mormon. Elle a pu se rendre compte qu’elle regretterait plus de ne pas venir à l’église que de refuser son nouvel emploi. C’était un miracle pour moi qu’elle puisse voir les bénédictions qui nous sont données quand nous faisons le bon choix.


 

Stephanie Baptism

Sœur Sellers :

J’ai choisi une date pour mon baptême, j’ai continué à lire le Livre de Mormon chaque jour, et deux semaines après avoir rencontré les missionnaires, je suis allée à l’église pour la première fois.

C’était intimidant et effrayant, et je n’étais pas certaine si ce que je faisais était correct. J’étais très préoccupée et je n’avais aucune idée dans quoi je m’embarquais.

Après avoir été à l’église la première fois, c’était comme si j’y allais depuis des années. J’ai rencontré de merveilleux amis. J’ai tellement appris en si peu de temps et je savais que je ne pouvais pas revenir en arrière.

J’ai été baptisée le 6 septembre 2015, et j’avais été incroyablement nerveuse toute la journée. Je n’avais aucun doute que j’avais pris la bonne décision, mais je savais qu’après cela, rien ne serait pareil.

C’est un des missionnaires que j’avais rencontrés qui m’a baptisée, et dès que je suis entrée dans l’eau, tout le reste ne comptait plus. Je n’avais plus peur, il n’y avait personne d’autre que lui et moi. Dans le temps de le dire, tout était terminé et je ne me sentais pas différente, mais j’avais cet espoir nouveau que je n’avais pas auparavant. L’espoir d’un avenir meilleur, plus heureux et plus prometteur que je ne l’avais jamais imaginé.

Elder Saunders :

Le Sauveur pourrait lui ouvrir bien d’autres portes, et elle est très heureuse de la décision qu’elle a prise de venir à l’église et d’être baptisée. Tout a commencé par une invitation de devenir notre amie et c’est ainsi qu’une autre personne a vu la lumière de l’Évangile de Jésus‑Christ.

Stephanie

Sœur Sellers :

Je suis tellement reconnaissante d’avoir joint l’Église. Je suis tellement reconnaissante d’avoir rencontré les missionnaires, des amis qui m’ont aidée tout au long du processus et pour les innombrables occasions qui m’ont été données de progresser et de m’améliorer.

Maintenant je peux dire que je sais ce qu’est l’amour, car l’Esprit me le témoigne chaque jour lorsqu’Il me guide et m’inspire dans mes pensées et mes prières.

Je sais que l’Église est vraie, je sais qu’elle peut sauver des vies. Je sais que par la foi tout est possible. Je sais que le sacrifice expiatoire est réel et que le Christ s’est sacrifié pour moi et pour tous les êtres humains.

Je sais que le Livre de Mormon est vrai, que c’est la parole de Dieu, et je sais que Dieu vit.